30 juil. 2015

Éloge du carnet

Quoi de plus noble que la première page d'un carnet ? Blanche, vierge, lisse, elle s'offre à nous tel un espace d'accueil où tout est possible, où chacun peut laisser exprimer sa créativité.
J'aime tout particulièrement le contact avec cette première page, laisser mes doigts sentir le grain du papier, l'épaisseur, écouter le son en la tournant. Une nouvelle aventure va s'écrire ici et elle commence à ce moment précis. C'est exaltant et très intime en même temps.
J'ai un attachement pour le carnet. J'aime cet objet aux formes simples mais dont l'intérieur se magnifie avec le temps. Il est le compagnon d'une période de vie; seulement de passage mais tellement important à ce moment précis. Le carnet invite à la spontanéité, à l'expression immédiate de ce qui nous habite, que ce soit sous forme de mots, de dessins, de symboles, voire même de collages. Toutes les formes d'expression sont les bienvenues.
J'ai toujours un carnet sur moi, dans mon sac ou ma poche. Je peux oublier mon téléphone ou mon porte monnaie mais pas mon carnet. Il voyage avec moi en étant discret et présent à la fois; pour noter un renseignement utile, une bonne adresse, l'apparition de la beauté, ou simplement un vécu intérieur qui mérite d'être matérialisé. Dans les moments d'attente, je le parcours et relis mes annotations. Je me rappelle certains moments et souvent en émerge un faisceau de souvenirs. Le carnet me relie à des personnes, des lieux, des saveurs, des sensations.
Quand arrive la dernière page, un pincement au coeur mêlé à une pointe de joie me traverse. Ainsi s'achève notre voyage commun. Ainsi ce carnet rejoindra bientôt l'étagère où les précédents ont élu domicile. Se dessine petit à petit le moment d'en choisir un nouveau. C'est exaltant et très intime en même temps. Je prends d'abord le temps de soigner ce passage de transition avant d'ouvrir une nouvelle page…

Mes carnets chouchous
Il y a celui qu'on ne présente plus, le fameux Moleskine, en noir ou en couleur. Pour les fleuris, j'aime les carnets crées par Petit Pan (dont je vous ai déjà parlé ici) et Fifi Mandirac. Quand j'ai envie d'un support plus sobre, direction Muji ou Maki. Et pour la touche orientale, je choisis les carnets Anokhi (marque indienne présentée ici) avec leurs belles couvertures en tissu.

A vous de prendre la plume !

Aucun commentaire: